Ce qu’il faut savoir sur le gréement

matLe gréement désigne l’ensemble des éléments correspondants à la voilure d’un navire. Il peut s’agir d’un mât, du cordage, des voiles,… En d’autres termes, il concerne l’ensemble des matériels servant à régler et à manœuvrer la voilure. Il regroupe les espars (mâts, tangons,…), les manœuvres courantes (drisses,…) et les manœuvres dormantes (étais,…). Si vous envisagez réaliser des câbles et des voiles de navire, il est nécessaire de faire appel à une entreprise spécialiste en voile de navire. Elle peut effectuer un sertissage inox, des amarres et des accastillages, dans le respect des normes et des règles de sécurité.

Comment classifier le gréement ?

Le gréement peut-être classé de plusieurs façons : selon l’origine géographique, selon la forme des voiles, selon le nombre des mâts utilisés et selon la période historique. Le gréement à un mât concerne le sloop, le cat-boat et la tartane. Quant aux deux mâts, il s’agit du dogre, du baggala, du ketch, du yawl, du sinago et plusieurs d’autres. Le gréement à 3 mâts correspond au chebec et à la gabare. Enfin, le type à 4 mâts désigne la bibarque, les quatre-mâts goélette, les quatre-mâts barque,…

Informations sur un navire à voile

Un navire à voile ou un voilier désigne un bateau à voiles, qui se déplace grâce à la force du vent. L’histoire montre que c’était le premier moyen de transport à moyenne et à longue distance, afin de transporter des passagers, des marchandises et du courrier. Actuellement, le navire à voile est un moyen très utilisé pour les activités militaires, les batailles navales ainsi que la pêche en mer. De plus, on peut en profiter pour des journées récréatives, il s’agit d’une voile sportive ou d’une navigation de plaisance. D’une manière générale, un navire à voile, quel que soit son type et son modèle, possède des caractéristiques communes : une ou plusieurs coques et un gréement formé d’une ou de plusieurs mâts.

Des conseils précieux pour la rénovation d’une salle de bain

salle de bainUne salle de bain est une pièce permettant d’effectuer les opérations d’hygiène corporelle, c’est une pièce dite « humide ». En principe, elle se ferme de l’intérieur pour la préservation de l’intimité de ses occupants. Quoi de plus plaisant que de prendre soin de soi dans une salle de bain bien aménagée ? Actuellement, cette pièce devient un espace de détente et de bien-être. C’est pourquoi il est nécessaire de l’aménager.

L’agencement d’une salle de bain

La salle de bain est une pièce de confort, c’est la raison pour laquelle il faut la donner une esthétique. On dit que cette pièce humide est bien agencée, si elle combine fonctionnalité, confort, sécurité et esthétique. Or, la réussite de l’agencement varie selon les préférences et surtout le budget de l’utilisateur. L’aménagement a pour objectif de bien la configurer. En fait, sa configuration dépend des utilisateurs : la conception d’une salle de bain destinée à des enfants ou à un couple est totalement différente à celle conçue pour une personne handicapée ou à mobilité réduite.

A ne pas négliger

Lors d’une création ou d’une rénovation de salle de bain, les professionnels prennent en compte la plomberie, l’étanchéité et la ventilation. Tout d’abord, la plomberie est un facteur clé pour la réussite de la rénovation d’une salle de bain. Il est important que le réseau d’alimentation soit de qualité, afin de profiter plus de confort. De plus, la plomberie concerne également l’installation d’un bon système d’évacuation d’eaux usées. Quant à l’étanchéité, on doit poser des éléments étanches pour éviter les dégâts des eaux vers les voisins. Enfin, une salle de bain a besoin d’une ventilation suffisante pour renouveler et purifier l’air. Si vous voulez installer, rénover ou aménager une salle de bain, pensez à faire intervenir une entreprise spécialiste du domaine. Elle vous réalisera des travaux de qualité, respectant les normes et les règles de l’art.

Focus sur la pompe à chaleur solaire

panneaux solairesLa pompe à chaleur désigne un équipement de chauffage permettant de transférer une chaleur d’un milieu fournisseur naturel vers une pièce à chauffer. Elle peut-être géothermique, aérothermique ou solaire. En ce qui concerne le type solaire, elle utilise l’énergie solaire, comme source d’énergie. Pour bien comprendre le principe de fonctionnement d’une pompe à chaleur solaire, il est nécessaire de savoir ce qu’est énergie solaire.

Ce qu’il faut savoir sur l’énergie solaire

L’énergie solaire est l’énergie provenant du soleil. Elle se présente sous forme de lumière et de chaleur. On la considère comme énergie renouvelable, gratuite, écologique et inépuisable. Cette énergie sert à éclairer une fenêtre, à cuisiner (four solaire), à se chauffer (chauffe-eau solaire) et à produire de l’électricité (panneaux solaires). Cette fraction d’énergie du rayonnement solaire est à l’origine du cycle de l’eau et de la photosynthèse. Enfin, la pompe à chaleur solaire utilise également l’énergie solaire pour couvrir les besoins énergétiques domestiques.

Les avantages d’une pompe à chaleur solaire

Une pompe à chaleur solaire n’est autre qu’une pompe à chaleur classique couplée à des panneaux solaires. Son utilisation présente de nombreux avantages écologiques et financiers. Comme le système utilise l’énergie solaire gratuite, la consommation en électricité réduit également, ce qui engendre la réduction de la facture d’énergie. De plus, la pompe à chaleur solaire est écologique grâce à son utilisation des énergies renouvelables. En effet, il n’y a pas d’émissions de dioxyde de carbone. Si vous souhaitez installer une pompe à chaleur solaire, n’hésitez à faire intervenir une entreprise spécialiste du domaine. Important, il faut privilégier les entreprises ayant des certifications et des références en installation solaire et en pompe à chaleur. Avec un professionnel, on peut profiter d’un système fiable et efficace. De plus, il connaît les conditions de sécurité et les normes d’hygiène à respecter, car la pompe à chaleur est un équipement sophistiqué.

Choisir entre le dallage et le pavage

dallage pavage

Le dallage et le pavage connaissent de plus en plus de succès sur le marché. Il faut dire que ces deux revêtements possèdent divers atouts tels que la durabilité ou la faciliter d’entretien. Des caractéristiques très appréciées par la clientèle. En plus, ces matières ne cessent d’évoluer. Résultat, le dallage pavage s’imposent comme l’enveloppe de sol extérieur par excellence. En effet, aujourd’hui que ce soit les professionnels ou les particuliers, nombreux sont ceux qui optent pour ce type de parement pour leur sol.

Pourquoi employer le pavage et le dallage ?

Dans la plupart des cas, le dallage ou le pavage sont utilisés dans le milieu de la construction en tant que revêtement de sol ou de chaussées. Il est à noter que ces matériaux disposent d’arguments imparables. En premier lieu, il est à noter que leur principal rôle est d’assurer la liaison entre les bâtiments, les rues ou encore l’entrée d’un immeuble. Ils contribuent grandement à l’amélioration de l’aménagement d’un terrain extérieur. Ensuite, ils représentent le confort et l’esthétisme. En plus, depuis l’évolution des produits, ils peuvent se manifester sous diverses formes et matières. Actuellement, ils peuvent même se décliner en borne WIFI, en producteur d’électricité ou en macadam anti-pollution.

La différence entre pavage et dallage

Plusieurs personnes confondent encore le pavage et le dallage. Or, il existe une grande divergence entre ces deux procédés. Le dallage est constitué de pierres peu épaisses alors que le pavage est réalisé à partir de gros blocs enfoncés dans le sol. En plus, chacun possède son domaine et milieu de prédilection. Pour le dallage, il semble adéquat pour ruelles et les allées alors que les pavés sont plus adaptés aux grandes avenues. De plus, les caractéristiques techniques divergent. Par exemple, contrairement aux pavés, les dalles permettent une réduction conséquente de la consommation électrique.

Tout le savoir-faire du confortement d’une digue

confortements

Par définition, une digue est un terrassement plus ou moins naturel. Elle sert principalement pur empêcher la submersion des basses-terres par l’eau. Ainsi, il est important que la digue soit bien stable. Cependant, il est vrai que certaines peuvent encore s’avérer un peu fragile. Il incombe donc de conforter cette instabilité. Pour cela, il existe plusieurs méthodes disponibles selon les lieux et les faiblesses constatées. Dans cet article, nous allons faire le point sur ces diverses techniques de confortements d’une digue.

Les différents confortements d’une digue

En général, le confortement d’une digue consiste à élargir le remblai grâce à un apport de sables et de graviers le long du talus, côté plaine. Toutefois, il se peut que cela ne suffise pas. Parfois, il arrive que la digue subisse une érosion interne (l’eau circule latéralement). En outre, on obtient un risque de brèche à l’endroit de cette percolation. Pour parer cela, il faut installer des matériaux drainants et filtrants sur un film géotextile. Cela permet de stopper le mouvement latéral de l’eau. Mais il est à noter que cette intervention ne peut s’effectuer que dans le cas où l’élargissement de la digue est autorisé.

Les autres méthodes de confortements de la digue

Hormis les techniques citées ci-dessus, il existe d’autres processus pour conforter une digue. En premier lieu, on peut recourir à un rehaussement. C’est un concept assez simple. Il suffit d’effectuer un apport et compactage de sablons et de graviers. En d’autres termes, le niveau de la digue est augmenté. Ensuite, on peut aussi fortifier la digue en usant de la stratégie de génie végétal. Sur ce point, sachez que c’est un procédé qui s’aide des aptitudes biologiques, physiologiques et physiques des plantes. Ce sont donc la végétation à proximité de la digue qui se charge de stabiliser la berge.

Un salon funéraire, un espace de recueillement

Le salon funéraireshutterstock_87196504-1352840462, communément appelé funérarium, est un lieu pensé et adapté pour présenter le défunt en dehors du domicile. Il s’agit d’un équipement public ou privé qui permet de conserver le corps de la personne décédée jusqu’à sa mise en bière et ses obsèques. C’est aussi un des lieux de soins de conservation avec l’hôpital et le domicile du corps. Les opérateurs de la chambre funéraire peuvent proposer différents services aux proches du défunt, notamment la possibilité de se recueillir à côté du corps dans un salon privé. Placer le défunt en funérarium permet d’extérioriser le décès et de se préparer à la séparation définitive. Le transfert dans une chambre funéraire est obligatoire dans le cas où le décès est survenu sur la voie publique.

Le transport du corps

Le transport du défunt entre le lieu de son décès et le salon funéraire doit obligatoirement être effectué par un opérateur funéraire et un véhicule agréé par la préfecture. Les délais de transport sont réglementés dans les premières 24 heures. Dans le cas où le corps a reçu des soins d’un thanatopracteur, ce délai peut s’ajouter de 24 heures. Le déplacement du corps du défunt peut être demandé par un établissement de soins. Dans ce cas, il est à sa charge.

Les soins apportés au corps

L’embaumement est le terme qui désigne les techniques permettant de préserver le corps du défunt de la décomposition naturelle. Il permet de garder une apparence pour les funérailles et assure la destruction d’un maximum d’infections et micro-organismes pathologiques contenus dans le corps. Ceci permet aux proches de veiller un corps aseptisé. L’image du mort facilite considérablement le travail de deuil. Les pratiques varient selon les pays et praticiens. En général, le défunt est positionné sur la table mortuaire en décubitus dorsal avec la tête surélevée. Il sera ensuite déshabillé et lavé. Les yeux sont traités avec un bouchon. Six à dix litres d’un premier produit biocide est injecté, généralement à base de formol. Les gaz accumulés sont drainés. Les organes cavitaires sont embaumés par l’injection de produits chimiques biocides et fixateurs.

La révolution de l’impression numérique

L’impression numériqueshutterstock_31900153-1354136480 est un procédé né avec le développement des techniques de reprographie. De nombreux professionnels se tournent vers ce type de réalisation pour obtenir des tirages de qualité de leurs œuvres, qu’il s’agisse de photographie, d’affiches, de placards publicitaires ou de carte d’affaires. Ceci est dû à sa rapidité, ses performances et ses qualités d’impression. Les coûts de mise en œuvre de cette technique présente l’avantage d’être extrêmement compétitifs. L’imprimante utilise la technique du laser. Elle utilise des toners qui sont plus adaptés à de grands volumes d’impression. Elle offre une vitesse de copie élevée, une précision et une rentabilité. Une résolution adaptée est nécessaire pour obtenir une qualité d’impression correcte.

Le passage au grand format

L’impression de grand format est l’un des secteurs les plus porteurs du marché de l’impression numérique. Le marché est extrêmement animé et aussi bien les technologies que les applications continuent d’évoluer rapidement, sous l’impulsion de leur adoption croissante par les producteurs d’enseignes et graphiques conventionnels. De nouveaux substrats, encres et technologies de marquage continuent d’être développés et de nouvelles applications apparaissent. Tout cela ouvre la clé à de nouveaux débouchés tels que le tirage d’étiquettes, le maquettage d’emballages, la décoration d’intérieur, la signalétique souple et un large éventail d’applications grand public et industrielles sur les céramiques. Les principaux matériels utilisés comprennent les imprimantes, les laminateurs et les plotters de découpage.

La création des flyers

Les flyers sont des tracts publicitaires au format papier qui sont distribués ou déposés dans des endroits de passage. Ils sont souvent utilisés pour promouvoir des soirées ou des événements. Ses dimensions peuvent être variables mais le plus souvent inférieures au format A4. En général, ils se présentent suivant les normes de mensuration A5 avec une impression recto-verso. Ils constituent aussi une solution adéquate pour lancer l’entreprise. Son utilisation permet de cibler une zone de chalandise précise.

Pour la préparation du buffet lors d’une célébration

shutterstock_70930756-1358024565Pour une meilleure préparation, il est recommandé de faire appel à un traiteur. Il s’agit d’un spécialiste dans le domaine des métiers de bouche. Sa mission est d’offrir une grande qualité pour les mets choisis pour la réception, avec un service irréprochable doté d’un véritable savoir-faire. Les plats aussi bien chauds que froids doivent être bien présentés. C’est un professionnel qui travaille avec de la créativité et de l’originalité. La formule appliquée se présente en fonction des goûts et du thème des festivités. Le cocktail et les mets peuvent être placés en buffet, ou servis pour un repas assis.

Les fêtes d’anniversaire

Le repas festif lors de cette célébration doit être créatif. Cela permet de rendre spécial pour le fêté la cérémonie. Une personnalisation transforme toute la festivité en un moment mémorable. Le gâteau opéré doit être enrichi en décoration, surtout sur les crèmes et les bougies. La salle d’anniversaire contribue également à l’ambiance conférée à ce jour important. Son choix impose une mûre réflexion. Ces critères permettent d’obtenir une meilleure réalisation pour ce jour particulier qui ne se déroule qu’une fois dans l’année. On peut également célébrer un anniversaire d’un événement comme le mariage, la nomination à une fonction, une rencontre ou une déclaration.

L’organisation d’un mariage

Au-delà du choix entre une salle de mariage, un restaurant de mariage, le choix du traiteur est également un gros investissement et un élément essentiel pour la réussite de la réception. Cet événement est un des rares moments qui réunit toute la famille et les amis. A cette occasion, il existe un partage de moment de bonheur entre les mariés et les invités, et cela passe par une bonne organisation. Ce moment de bonheur qui ne se déroule qu’une fois dans sa vie doit rester inoubliable et magnifique. A cet effet, tous les préparatifs doivent s’effectuer au moins dix mois à l’avance. Chaque détail est à élaborer minutieusement pour transformer ce jour en un rêve magnifique.

Les démarches préalables à une extension maison

extension maisonParfois, vous êtes rattaché sentimentalement à votre habitation qu’il n’est pas à l’ordre du jour de déménager. Pourtant, la famille s’agrandit et vous voulez plus de confort. L’extension ou l’agrandissement maison est un bon moyen de gagner de l’espace, en augmentant la surface en mètres carrés (parfois en la doublant) et, plus fondamentalement, de restructurer l’espace à vivre.

Le PLU…

Avant de vous lancer dans une extension, il est important de connaître un minimum des règles incontournables. Ainsi, tournez-vous vers votre spécialiste de travaux d’extension maison, qui vous accompagnera et vous aidera tout au long de votre projet. La première étape indispensable dans tout projet d’extension est d’effectuer une déclaration d’extension à la mairie de sa commune, plus précisément au service d’urbanisme. Cette obligation vous permettra également de connaître, dès le départ, les règles d’urbanisme qui s’appliqueront à votre projet. Les règles peuvent changer d’une commune à l’autre, et cette démarche vous évitera de réaliser des plans qui ne se concrétiseront jamais… Concrètement, le Plan Local d’Urbanisme (PLU) doit être connu avant le lancement des travaux : aspect décoratif de la maison, restriction de construction, imposition d’une surface végétalisée, interdiction de couper certains arbres, règles de distance entre l’extension et le terrain des voisins, etc. Le Coefficient d’occupation des Sols (COS) définit la surface maximale de l’extension. Le Plan de prévention des risques naturels PP peut vous contraindre à effectuer une surélévation…

Permis de construire

Cette déclaration d’extension va également permettre à la commune de vérifier si la future extension respecte scrupuleusement la règlementation. Rappelons que cette déclaration est nécessaire pour une extension de 5 à 20m2, et jusqu’à 40m2 en zone urbaine. Mais pour des superficies plus grandes, une simple déclaration ne suffit plus, puisque vous aurez besoin d’un permis de construire, notamment lorsque la surface après travaux est supérieure ou égale à 170m2, ou bien lorsque les travaux ajoutent 20m2 (ou 40m2 en zone urbaine) à l’existant.

Quel pneu pour ma moto ?

pneu motoVous roulez à moto toute l’année, en été comme en hiver, sous la pluie comme sous un soleil et ciel bleu d’azur… Certainement, vous êtes à la recherche du meilleur pneu moto, polyvalente et toute saison. Vous voulez de l’adhérence au sol, de la sécurité au freinage, en virage et à l’accélération.

Un choix vital

Effectuer le meilleur choix de votre pneumatique, qui sera le plus adapté à la catégorie de votre bolide, à votre utilisation, votre façon de conduire, et également aux conditions climatiques dans lesquelles vous évoluez, est évidemment fondamental. Cette importance de choix l’est d’autant plus qu’à 0°C, les risques d’accident sont multipliés par six, et dans les périodes hivernales, sur des routes froides et/ou mouillées, les réactions de votre moto seront parfois indépendantes de votre volonté. Sur des œufs, au petit matin, dans le brouillard, entre les plaques de verglas, les flaques d’eau voire les premiers flocons de neige qui tombent, vous devez avoir le maximum de confiance dans les pneus de votre machine.

Des marques reconnues…

Le pire n’est jamais loin (et il y en a malheureusement beaucoup qui en sont arrivés là), avec une accélération en route détrempée et un freinage avant sur un sol humide… L’achat pneu moto est par ailleurs d’autant plus compliqué que les offres des fabricants sont pléthoriques. Autant dire que ce choix devient tout simplement un véritable casse-tête pour nombreux motards. Mais fort heureusement, il existe quelques marques reconnues mondialement pour avoir équipé les meilleures motos du monde, en course comme sur route, et qui peuvent être considérées comme étant les plus sûres et les plus performantes : Michelin, Continental, Bridgestone, Goodyear, Dunlop, Pirelli, Kleber, Goodrich, Hankook ou Barum… Des noms qui vous disent certainement quelque chose, à moins d’être novice en mécaniques. Il existe des concessionnaires pour ces marques, qui vous conseilleront sûrement sur le choix idéal. Vous pourrez également consulter et lire les milliers d’avis de motards et autres utilisateurs de ces marques sur Internet.